Home TV Une nouvelle série explore le monde avant « Dangerous Liaisons »

Une nouvelle série explore le monde avant « Dangerous Liaisons »

by admin

Bruce R. Miller

L’acteur Tony Hale raconte au journaliste Bruce Miller qu’il a joué deux personnages dans « The Mysterious Benedict Society » en première sur Disney+ le mercredi 26 octobre.



Comme les ballons de football, les perruques de la nouvelle série, Liaisons dangereuses, sont « couvertes de cheveux et de bijoux », explique la star Alice Englert.

« C’est incroyable et lourd », dit-elle. Mais, comme les costumes, ils contribuent à donner le ton à la série, qui se déroule au XVIIIe siècle. Une histoire d’origine de roman classique, la série STARZ montre à quoi ressemblaient Camille (Englert) et le Vicomte de Valmont (Nicholas Denton) avant le début de leurs machinations.

« C’est une transformation très intéressante lorsque vous entrez dans le costume de votre personnage », explique Kausar Ali (qui joue la meilleure amie de Camille, Victoire). « Votre posture change, la façon dont vous parlez, la façon dont vous vous tenez. Vous entrez en quelque sorte dans ce monde et vous le devenez naturellement. »

Les vêtements de cette époque, dit Englert, « étaient une sorte d’esclavage ». « Il est vraiment difficile de faire quoi que ce soit qui puisse littéralement vous aider à vous échapper ou à vous sentir mieux dans ce monde. »

Les gens lisent aussi…

Denton, qui est dans un certain nombre de scènes de chambre à coucher, dit qu’il est interdit d’enlever trois ou quatre couches de vêtements puis de les remettre. « Ma situation a changé, tout comme celle de Valmont. »

Lui et les autres ont été aidés par son travail de coordinateur de l’intimité avec les costumes, de sorte que les scènes semblaient provocantes tout en étant sûres en même temps.

Parce que les événements de la série sont antérieurs à ceux du livre et du film de 1988, la créatrice Harriet Warner avait la capacité d’introduire de nouveaux personnages, sentiments et situations.

« C’est plein de thèmes universels », dit-elle. C’est le sexe, le privilège, la pauvreté, la classe, l’amour et surtout le pouvoir. L’histoire d’une femme naviguant dans un monde d’hommes est très forte aujourd’hui. La société divisée – entre les riches et les pauvres – résonne maintenant. Ça a quand même du punch. »

Englert dit que l’histoire a toujours été sur l’amour et la guerre. « Si ce n’est pas de l’amour, alors c’est la guerre. Si c’est la guerre, alors est-ce de l’amour ? », dit-elle. « Certains des sentiments les plus convaincants que j’aie jamais ressentis pour une autre personne n’étaient certainement pas de l’amour. Ils auraient pu être de la luxure ou de l’obsession. »

Pour élaborer une prémisse, Warner a considéré le livre et le film. « Une lettre en particulier, la lettre 81, m’a vraiment frappée qu’il y avait un sentiment de[Camille]se créant à partir de rien », dit-elle. « C’est une construction. J’ai développé tout ce qui la concernait très consciemment. Je n’avais jamais vu ça quand j’ai vu le film. Je ne l’ai pas retenu la première fois que j’ai lu le livre. C’était l’excitation pour moi – de trouver une nouvelle histoire à raconter. »

Warner a créé des histoires pour les personnages et est parti de là.

En regardant le film et en lisant le livre, Englert dit qu’elle a senti qu’il devait y avoir quelque chose qui avait influencé les actions du personnage – « le jour où ils étaient des rêveurs ».

Warner dit qu’il a pris des scènes clés du roman et les a rassemblées pour une préquelle. « Nos personnages, au cours de plusieurs saisons, arriveront au point que nous rencontrons dans le roman – de véritable compromis moral et de corruption. Et nous les accompagnons dans ce voyage. »

Les relations homosexuelles font aussi partie du monde.

« J’ai l’impression que Camille est aussi gay que moi », déclare Englert.

Warner ajoute : « L’une des choses vraiment excitantes à propos de la série est de briser les restrictions et de se conformer aux stéréotypes de genre. Il y a une fluidité dans notre monde et dans nos personnages. »

Quand Englert a fait des recherches sur Pierre Choderlos de Laclos, auteur des Liaisons dangereuses, elle a été surprise d’apprendre qu’il était un père de famille. « Il était très loyal et il était dans l’armée et il a eu une vie de classe moyenne », dit-elle. « C’était tellement bon. Nous pouvons être fous là-bas et nous n’avons pas nécessairement à être fous ici. Nous pouvons le laisser à l’écran. »

Alors, aussi, ces costumes. Parce qu’ils étaient lourds, souvent rigides et souvent difficiles à manœuvrer, les acteurs étaient heureux de terminer les scènes de chaque jour.

« J’apprécie vraiment les tenues modernes après ce tournage », déclare Englert.

« Dangerous Communications » est diffusé sur STARZ.

Related News

Leave a Comment